29.8.06

Ensemble, c'est tout, d'Anna Gavalda

Avec quatre personnages cabossés par la vie, auxquels a priori on n'accorderait pas plus d'attention que ça, Gavalda bricole une histoire captivante, qu'on lit sans reprendre son souffle. Elle les fait échouer dans le même appartement parisien, vestige improbable d'une splendeur passée et logis provisoire d'un jeune noble mis sur la touche par sa famille, assez grand pour accueillir les trois autres personnages : un jeune chef cuisinier qui s'échine derrière les fourneaux d'un restaurant en tant que second de cuisine, une jeune fille qui semble avoir du talent pour le dessin, et la grand-mère du cuisinier, rescapée d'une maison de retraite sordide. En dépit de caractères et de parcours a priori assez peu compatibles, la mayonnaise prend, petit à petit. Et chaque destinée, qui semblait de prime abord assez désespérée, ou au moins assez morne, prend un nouveau tour, grâce à l'attention que chacun veut bien accorder à l'autre, et tous préjugés piétinés.
Sous la plume de Gavalda, tout devient possible. L'addition de talents bredouillants, qui se méconnaissent parfois eux-mêmes, produit un joli feu d'artifice. Gentillesse et tolérance finissent par avoir raison des caractères les plus bourrus, les bons petits plats du cuisinier de l'anorexie de la jeune peintre, tandis-que l'amitié de ces deux là exorcisent le bégaiement du jeune Philibert qui les héberge. La Mamie les rejoindra plus tard.
Je ne raconterai pas l'histoire : il faut la lire, car ce sont ses méandres et ses rebondissements qui en font tout le sel, et qui sont tout le talent de l'auteur. Aucun de nous dans la vraie vie ne miserait sur le succès entre de tels colocataires... et c'est la manière dont elle met tout cela en place qui fait l'intérêt du bouquin. Et puis quelques belles descriptions : la préparation d'un réveillon dans les cuisines d'un restaurant parisien, et la tuerie du cochon dans une ferme, vues par les yeux de la Camille du roman, sont d'assez chouettes morceaux d'anthologie.
Au passage, Gavalda nous donne une leçon de savoir-vivre en société, pour nous réconcilier avec notre voisin de pallier, nos collègues de bureau, notre famille... et pourquoi pas, nous-même ! Elle nous rappelle qu'en chacun de nous, il y a une forme de talent, qu'il nous appartient de découvrir et de nourrir. C'est ce que font ses personnages, pour le plus grand profit de tous.

Evidemment, les lecteurs adorent, et pour Gavalda, on remonte des dizaines de pages... Je n'en cite que quelques-unes : Mondalire, Paris Etudiant, Carnet de Lectures, Blog de Pierre, Bookcrossing, La bibliothèque d'Allie, Club des rats de biblio-net, et j'en passe. Bien sûr, quelques uns râlent aux bons sentiments et à la fin "convenue", mais dans l'ensemble, c'est du bonheur ! Même pour les journalistes, sur @lalettre, fluctuat.net, ArtsLivres, ou L'Express Livres. Pour les interviews de l'auteure, voir Evène, ou dans Lire, les rapports d'Anna Gavalda avec l'argent : c'est sans surprise, Gavalda est une fille saine sur tous les plans !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

c'est un bon livre mais il est un peu long surtout quand on a 10 jours pour le lire
mais je le conseil à tous

praline a dit…

Oh non! Une journée suffit ! Mais avouons que tout est un peu facile dans ce livre, en particulier le style... Mais la narration bien menée permet d'en faire une oeuvre plaisante.

Related Posts with Thumbnails