16.9.06

La mort du roi Tsongor, de Laurent Gaudé

Ce qui étonne, c'est la brièveté du livre (218 pages en Poche) pour décrire l'épopée d'une vie, voire d'une génération, d'une civilisation. 218 pages saignantes, cinglantes, qui montrent comment par orgueil et vanité on peut réduire à néant tout à la fois l'oeuvre d'une vie, gâcher la destinée de ses enfants, anihiler l'amour entre des êtres qui ne demandaient que cela...
Le monde imaginaire créé par Laurent Gaudé s'apparente tout à la fois à l'univers des pharaons (on retrouve certaines ambiances qui évoquent les romans de Naghib Mahfouz) et celle d'une Afrique ancestrale peuplée de tribus étranges qui revêtent des atours colorés et invoquent des sortilèges pour faire la guerre...
Pourquoi cette guerre ? Parce que le vieux roi Tsongor, à la fin d'une vie passée à accumuler les territoires et les trésors en faisant justement la guerre, souhaite finir en paix, et marier sa fille, la belle Samilia, au fils du roi des terres du sel, Kouame, tout aussi beau et noble qu'elle. Mais ce que le roi Tsongor ne sait pas, et que sa fille Samilia avait oublié, c'est qu'elle s'était promise, adolescente, à Sengo Kerim, un orphelin élevé avec les enfants du roi, et parti à l'adolescence conquérir armée et territoire par ses propres moyens, comme l'avait fait le jeune Tsongor à la mort de son père. Et la veille du mariage princier, Sengo Kerim revient revendiquer ses droits sur la belle princesse...
C'est le début d'une guerre sans merci entre les deux prétendants, qui ne connaîtra de fin qu'avec la destruction des derniers protagonistes et de la ville de Massaba, tandis que Souba, le plus jeune fils du roi, fait un voyage initiatique à travers le monde pour bâtir le tombeau de son père...
Ce qui me frappe dans ce livre, ce sont les noms des lieux et des personnages, tous inventés, mais qui évoquent subtilement diverses réminiscences, la plupart du temps orientales et somptueuses. Et la cynique vision du caractère humain et de ses vanités. L'auteur veut-il nous dire au travers de cette fable sanglante que tout bien mal acquis ne profite jamais et que tout bien arraché par la violence sera aussi détruit par la violence ? Peut-être... En refermant le livre, on reste hanté par cet univers, à la fois émerveillé et dégoûté...

La mort du roi Tsongor fait partie de la sélection FNAC "10 ans de littérature en 200 livres", et a reçu le Goncourt des lycéens en 2002. Autant dire qu'il s'agit d'une oeuvre très populaire (au sens positif du terme). Les commentaires des lecteurs sur Club des rats de biblio-net sont donc sans surprise élogieux, comme sur Critiques ordinaires, le blog culturel, le blog de Pitou, ou la longue analyse de Catherine Crosnier.
Mêmes compliments sur les sites de critique littéraire, comme Panorama du Livre, Le Matricule des anges, Science Fiction magazine, froggy's delight, ou Afrik.com.
Ce qui frappe, c'est l'éventail des interprétations et des évocations du roman : sans doute la preuve que l'auteur est parvenu à illustrer en peu de pages quelques facettes particulièrement prégnantes du caractère humain et de nos destinées.
Sur L'Internaute, on peut également trouver une présentation de l'auteur.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

ce livre est trés interresant ,l'histoire i est trés atachant ais au 3éme chapitre le livre devient tréstréstréstrés chiant lol!

Anonyme a dit…

ouaou c tp b1 ce livre ah ah ah mdr

Anonyme a dit…

je l'ai commencé à lire, mais le début me donne envie de le terminer le plus vite possible pour savoir la fin. le livre me semble très intérésant malgé que j'ai pas fini de le lire, car ça parle de l'histoire d'une Afrique plein de mistère et de contes. moi personnellement j'ai adoré alors que j'ai pas fini de lire.

Anonyme a dit…

c liv're dchirepa g envi 2 le finir vite

Mary a dit…

Je vous remercie pour l'élaboration de cette page web qui m'a été très utile et m'a beaucoup apporté. Comme tous les lecteurs du roi Tsongor, ce récit initiatique m'a troublé et perturbé. J'ai ressenti le besoin d'en savoir davantage et grâce à vous et ceux qui donnent de leur temps aux autres sur la Toile, j'ai pu mieux comprendre ce que je savais déjà.
Merci.

Related Posts with Thumbnails