18.6.06

La robe, de Robert Alexis

Bon, voilà que José Corti se met aux couvertures pelliculées et aux pages massicotées... Mais quelle couverture : le dessin d'Egon Schiele a contribué à mon achat du livre tout autant que le petit commentaire de la librairie Folies d'Encres, une librairie comme je les aime. Le vendeur m'a confié qu'il l'avait lu le week-end précédent, et qu'il y avait une sorte de mystère autour de ce livre : apparemment, l'éditeur n'a jamais rencontré l'auteur, dont le manuscrit lui est parvenu par la poste. D'aucuns prétendent que le nom de l'auteur serait un pseudonyme, et tout le petit monde littéraire se demande qui pourrait bien se cacher derrière... Qu'importe. Le livre est exactement ce que m'en a dit le vendeur : bref, dense, nourri, et très bien écrit. J'adhère au commentaire qui en est fait sur le site de José Corti : moi aussi j'ai pensé aux scènes d'Eyes Wide Shut, le dernier film de Kubrick, oui, exactement à ce film là, bien qu'obscurément le livre me rappelle d'autres scènes que je ne sais pas me remémorer... Ce qui remonte à la surface est sans doute ce qui était le plus puissamment mis en scène. Et je pense que ce livre, qu'on lit d'une seule traite sans pouvoir s'arrêter, remontera aussi régulièrement à la surface. Une histoire fantastique, et cependant tellement plausible de bout en bout qu'on ne peut à aucun moment se penser à l'abri de telles aventures, si toutefois on tombe sur un "maître" aussi puissant qu'Hermann. Un récit qui force à s'interroger sur ses propres lignes intérieures et sur leur robustesse... J'ai envie de ne pas en dire davantage : il est tellement agréable de se laisser surprendre par un texte dont on sait peu de choses.

Néanmoins, pour ceux qui seraient plus curieux, on peut aller lire la présentation de l'ouvrage et la revue de presse sur le site de José Corti. Ou encore un bouquet de critiques élogieuses, sur Benzine, Terres de Femmes, ou le site de Calou, "l'ivre de lecture".

1 commentaire:

cocox a dit…

Mettre en parallèle ces deux robes me troublent ; je n'ai pas lu "La petite robe de Paul" mais récemment j'ai retrouvé ma robe de petite fille, celle de quand j'avais trois ans, tellement ressemblante à celle de la couverture. Pour l'autre robe, c'est une histoire si troublante, qu'aujourd'hui encore je cherche l'identité de celui qui l'a portée.

Related Posts with Thumbnails